Comment prévenir l‘infidélité ?

par | Fév 8, 2019 | Dézintox | 0 commentaires

D’après des recherches sérieuses, de 20 à 30 % des hommes et de 15 à 25 % des femmes vivraient, un jour ou l’autre, une relation infidèle. Cela signifie qu’un couple sur deux risque de devoir faire face à l’infidélité de son conjoint.

Quels ingrédients faut-il introduire dans un couple pour éviter l’infidélité ?

Si l’infidélité s’introduit dans votre couple, quels changements faut-il apporter pour guérir ?

Réflexions pour prévenir, comprendre ou se guérir de l’infidélité

Qu’est-ce qu’une femme fait pour un homme ?

Qu’est-elle prête à sacrifier pour être aimée ?

Qu’attendez-vous d’un homme ? Quel serait votre idéal de vie ?

Quelle est votre intention lorsque vous acceptez de faire l’amour à un homme, une femme ?

Votre intention est-elle d’amener votre partenaire à faire des sacrifices en retour de votre amour, de se plier à votre propre mode de vie, à vos désirs, vos fantasmes ?

Un couple est un système dynamique régit par l’énergie sexuelle. L’énergie ne peut être enfermée ni contrainte à répondre à des lois établies par les hommes, une société ou une religion autre que ce que lui dictera son essence originelle. L’énergie est l’essence de l’évolution et rien ne pourra arrêter sa marche en avant.

Alors si vous désirez vivre une vie harmonieuse, équilibrée et créatrice en couple, il y aura certaines choses que vous devrez connaître dont voici les principales :

Un homme va aimer une femme parce qu’elle fait quelque chose pour lui de l’ordre du sacrifice. Pour garder l’amour d’un homme, – un guerrier spirituel – garder son équilibre, évoluer vers plus de bien-être elle devra être prête à sacrifier sa carrière professionnelle, son temps, sa religion, son système de pensée.

Je me doute que ceci peut choquer certaines femmes, mais je leur demande de méditer quelques instants avant de réagir sur ceci :

Quelle est la mission sacrée d’une femme ?

Evidemment cette question ne se posera pas pour une femme qui a déjà sacrifier sa féminité sur le bûcher du matérialisme. La mission de la femme est d’être femme, cela va de soi.

Qu’est-ce qu’être femme ?

La mission sacrée d’une femme – fille de la Déesse – est d’accompagner l’homme, de coller à son idéal, son système de pensée, dans le seul but de former un seul être. Dans l’Esprit il n’y a plus ni homme ni femme, mais un seul être, un seul corps à deux têtes. Réaliser cette alchimie est le défi de la vie.

La femme est source de vie. Elle donnera à son époux – guerrier spirituel – l’énergie nécessaire dont il a besoin pour naître à la vie spirituelle. Sans cette seconde naissance en esprit, l’homme est condamné à la mort psychique, à la dégénérescence de sa conscience.

Mais, pour naître à nouveau, spiritualiser sa matérialité, un homme a besoin de deux femmes ; une qui prend soin de lui comme le ferait une mère et une autre qui serait son inspiratrice, sa muse. L’épouse consciente de sa mission spirituelle devra sacrifier la mère en elle et ainsi permettre à sa dimension inspiratrice de s’éveiller.

L’homme spirituel doit quitter sa mère et s’attacher à l’épouse, fille de la Déesse. Il devra aussi abandonner sa paternité car dans l’Esprit il n’y a ni mère ni père. La société veut que l’homme soit un bon père, mais le pouvoir créateur d’évolution de la Déesse veut un homme orienté création et non domination ou exploitation de l’homme ou de la nature.

Un homme a besoin de deux femmes auprès de lui. Il a besoin d’une femme aimante, mais aussi d’une femme inspiratrice. Il a besoin d’une femme romantique, une maitresse qui puisse l’amener et le guider dans le rêver. C’est pour lui une nécessité absolue.

L’homme est également de deux types, le paternel et l’amant. Si je suis du type paternel, alors l’épouse aura besoin d’un amant. C’est cela la réalité, mais pour connaître la réalité, il faut devenir extrêmement conscient et il ne s’agit pas de penser intelligemment. Il faut percevoir l’énergie qui sous-tend la réalité directement. Il faut « voir » derrière les choses et cela n’a rien à voir avec l’intelligence et la logique car « voir », c’est « voir » l’Autre face ; ce qui est derrière, en profondeur ; le côté gauche, l’inconnu.

Pour « voir », il faut être un homme et non une mécanique. L’homme n’existe pas encore et donc n’existe pas encore la psychologie. Il n’y a pas de psychologie pour les machines, elle ne peut exister que pour un homme conscient. Mais cette conscience n’est pas celle d’une attention superficielle, logique, mais celle de ce qui est inconscient. Il faut rendre conscient l’inconscient sachant que ce qui est inconscient est ce qui se vit dans le côté gauche ; L’inconnu, cette autre existence de soi-même. Cette seconde existence est spirituelle et ne peut pas s’appréhender avec des mots, mais avec l’énergie de l’intention.

En tant qu’homme spirituel, je suis mis en mouvement, je fais une action, je suis agi de l’intérieur et non sous l’impulsion raisonnable d’une logique raisonnée ou d’une analyse intellectuelle.

Il n’y a que de l’intuition, et c’est cela que transmet une femme ; le pouvoir d’agir par intuition, sans programme, sans projet ni étude de principes clés qui ouvriraient les portes du succès et du pouvoir sur autrui.

C’est cela que fait la femme, elle retire mon intelligence, ma raison et cela se produit lorsque je suis dans son intimité sacrée. C’est cela sa mission, m’attirer dans son intimité et me faire perdre la tête.

La femme mère aimante éduque, mais elle fait la même chose ; elle coupe le raisonnement, les codes de conduites pour induire des comportements intuitifs. C’est à cela que peuvent répondre les enfants.

L’amour fait cela et non la loi de la raison et du raisonnablement correct. L’amour vrai sacrifie la raison, la logique au profit de l’intelligence du cœur. Cette réponse n’est pas celle de l’instinct animal, mais issue de l’intuition, de l’intimité sexuelle, source de tout désir. C’est ce pouvoir de désirer de la femme qui fait la différence entre une machine, un animal et l’homme vrai. Ce désir pour une femme est désir d’être pénétrée par le phallus de la Déesse. Pour l’homme le désir est de transmuter son énergie sexuelle en énergie divine, son sexe en phallus de la Déesse.

C’est que fait la femme sacrée dans une relation sexuelle est de transmuter dans son intimité la raison et la logique grâce au feu de la passion. L’émotion sexuelle n’est pas issue d’un instinct animal – qui répond à une logique – mais de l’éveil de l’érotisme sacré.

L’érotisme sacré est contemplation des sexes dans leur intimités d’action. C’est là dans la chambre nuptiale que se ferme le regard et s’éveille le « voir ». C’est la pornographie des sons, du toucher aveugle, des odeurs et des sensations moites, humides que transmettent les corps en amour.

L’intelligence des sens, la logique des corps désirant, désirés, la raison qui se perd dans l’intimité folle du désir passion. Voilà ce qu’est la mission de la femme et de l’homme. C’est dans ces nuits torrides, humides de la nuit des passions que s’éveille à la vie l’homme humain, je veux dire l’âme vivante, immortelle. Nuits sans sommeil, éveil du rêver ailleurs sous la puissance surréelle de la dynamique de la trinité aimante/amante. Lorsque la femme mère rejoint la femme maitresse dans la couche de l’homme père/amant dans une fusion pornographie des corps spiritualisés.

La seule infidélité qui pourrait se manifester consisterait à renoncer à la quête de la dimension spirituelle de la sexualité. Dans le projet d’une quête spirituelle, la sexualité permet d’accéder à des états supérieurs de conscience. L’union sexuelle devient la moyen et la manière pour un couple d’établir et de maintenir un lien avec la Déesse. Uni par leur sexe sacré, il ne peut y avoir ni séparation, ni infidélité.

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à lui mettre une note (étoiles).
Un commentaire de votre part me ferait également plaisir 😉