Extrait du livre : Aimer ou faire l’Amour

Qu’est-ce que le véritable éveil ?

 

C’est de la connaissance de la domination des centres psychiques et de notre mécanicité, ainsi que de la prise de conscience qu’en fait, nous ne sommes jamais présents à la vie qui constitue la création d’une Nouvelle Conscience libre et indépendante.

Le travail sur soi concerne uniquement la création et le développement de cette autre conscience. En dehors de cet objectif de création soutenu par un désir de rechercher la vérité, il ne peut y avoir comme résultat qu’illusion.

C’est de la naissance de cette Conscience seconde que dépendra le sort de l’humanité. La suprématie de la technoscience sur nos sociétés est un fait et leurs objectifs ne sont pas l’évolution de l’être humain, mais son esclavage. Cela aussi est un fait.

Le savoir est une chose, le « voir » est tout autre chose. Le voir dépend d’une connexion avec l’être essentiel. Le savoir est fonction du milieu de naissance. L’humanité est une fonction inverse du rapport entre savoir et Être. L’être est lié à l’évolution et à la croissance. Le savoir est lié au pouvoir sur autrui. Être c’est être unifié, mais l’homme est un agglomérat d’une multitude de petits mois qui se déchirent le pouvoir d’instant en instant.

 

La Conscience Seconde

Chacun peut répondre que déjà il est conscient d’exister et d’être en train de lire ces lignes. Conscient également des bruits aux alentours, conscient de la tablette qu’il tient en main, etc. Mais cette conscience-là, de même que celle que l’on peut avoir des différentes choses qui nous entourent et même de ce qui se passe lorsqu’on est en transe classique, n’est en fait qu’un état fluctuant d’attention résultant d’un processus d’association et de transcription d’une perception superficielle toujours changeante.

Cette conscience première est celle que nous avons reçu à notre naissance. Elle est le résultat de l’activité de nos centres psychiques inférieurs. C’est le résultat d’un traitement non volontaire des données de la perception directe remasterisée en fonction des éléments d’apprentissages mémorisés depuis notre naissance. Cette mémoire est elle-même le résultat d’un traitement d’adaptation à un environnement donné.

 

La conscience seconde, l’Autre conscience ne fonctionne pas selon les mêmes règles. Une séquence de mots est une vibration contenant une intention, que seul l’homme éveillé pourra percevoir à un autre niveau que celui de sa conscience première. Les mots ainsi écrits échappent à l’imaginaire appris des centres psychiques inférieurs.

Par contre, lorsqu’agit la conscience première, il se forme des images reflet d’un apprentissage. L’homme social ne peut avoir accès à l’imaginaire créateur, et de ce fait ne peut que regarder, critiquer, juger, mesurer et non « voir ».

Sans l’accès au « voir » toute information intérieure ou extérieure serait automatiquement filtrée et déformée par votre esprit conscient ; le mental.

 

L’identification

L’identification est un processus automatique de défense. Lorsqu’un sentiment non désirable apparait en nous, nous nous identifions à une autre partie de nous-mêmes (un petit moi d’un autre centre psychique), où qui ne possède pas ce sentiment où ce désir non désirable, ce qui nous permet de nous dissocier du sentiment pas très agréable perçu. Ces transferts d’informations entre les mois séparés constituent un système de défense efficace contre les agressions externes ou internes. Le Moi réel est ainsi protégé. Le processus consiste à se focaliser sur un des petits moi ayant la capacité de faire face à ce que nous ne désirons pas.

Cependant c’est également ce système de défense que nous utilisons pour éviter de prendre des engagements contraignants ou pouvant engendrer des contradictions avec l’ensemble de la personnalité.

Exemple : je reçois une invitation à participer à un stage d’évolution personnelle. En prenant connaissance du processus d’enseignement pouvant remettre en cause la structure de mon ego, je procrastine et justifie le refus de m’engager en prétextant que je ne suis pas prêt pour ce genre de travail. L’un des petits mois de la personnalité – le centre émotionnel -s’est senti en danger et a bloqué l’option d’évolution en utilisant le mode de prétexte habituellement mises en œuvre : la procrastination.

L’identification est ainsi un bien et un mal en soi. Beaucoup de changements possibles sont ainsi bloqués par la mise en œuvre de ce processus de protection. Un travail sur les centres inférieurs est indispensable lorsque l’évolution est voulue par le Moi réel. Ces blocages seront également les responsables des états de peur, phobies, dépression, angoisses, etc.

Pour se libérer de ce processus « bloquant », l’apprentissage et le contrôle conscient du processus d’identification sont la clé essentielle.

 

Effets de l’identification

En fait l’identification divise et morcelle en petits mois les trois centres psychiques inférieurs. L’acceptation de soi résultant du « rappelle de soi » en créant une unification des centres psychiques inférieurs empêche le « blocage » lors des choix conformes au désir d’évolution de l’être essetiel. On peut comprendre ici l’extrême importance d’un travail d’unification de ses centres psychiques.

Le mental est en permanence identifié à ce qui vous fait souffrir, ce que vous n’êtes pas. L’identification est le mode de fonctionnement de tout homme qui n’a pas atteint l’éveil.

Les objets de l’identification sont ceux-ci :

  • Identification à une tension dans le corps.
  • Identification à une angoisse, une peur incompréhensible face à certaines situations.
  • Identification à un sentiment d’impuissance, d’insuffisance ou d’insatisfaction, etc.
  • Identification à un symptôme physique ou psychique.
  • Identification à une maladie, un état de mal être, etc.

 

L’identification a pour mode de fonctionnement d’exagérer la souffrance qui est le signal de désalignement et de manque de connexion consciente avec notre partie non physique. Le sujet est dans l’illusion et ses réponses à ce questionnement sont inadaptés à SA vérité, sa mission sur terre.

 

LA focalisation sur la souffrance, ses causes physiques, les moyens de s’en défaire est en fait un processus mis en place par le mental qui lui permet d’éviter de « voir » et de vivre en adéquation avec la volonté du Moi réel. Il y a une contradiction intérieure, refus de « voir » ou d’entendre les réponses émanent de la Conscience seconde. Cela signifie que l’homme se dissocie, par lui-même des impressions et des sentiments de sa partie spirituelle en se focalisant exclusivement sur ceux émis par ses centres psychiques inférieurs. L’homme crée des tampons entre lui et son Autre partie non physique.

L’éveil consiste à enlever ces tampons liés à ses contradictions, par la pratique du rappel de soi.

Il est nécessaire de faire un stop et de se poser la question du « sens » de l’existence. Ce questionnement et le travail soutenu d’effacement des illusions favorisent la création de la seconde conscience. Il est évident que ce travail en conscience ne peut se réaliser que sous la direction d’un maitre spirituel.

Le travail sur ses illusions pouvant conduire à l’éveil d’une nouvelle conscience Consiste à prendre conscience des divisions qui existe en chacun de nous. Ah C’est un travail où là « présence », l’habitation sensible du corps et du monde par l’esprit est une expérience personnelle. J’insiste sur le fait que cette expérience est une expérience sensible du corps physique. Cela signifie qu’une expérience spirituelle n’est absolument pas mental ni émotionnel mais physique.

 

Il y a des conditions à cet instant « d’illumination » :

 

Reconnaitre L’action des lois de l’univers.

 

Acceptation de perdre sa fausse « tranquillité » et sa fausse « souffrance ».

 

Laisser advenir ce qui EST et non ce que je souhaiterais voir arriver.

 

La souffrance résultant en fait du rejet de cette conscience de ce qui EST vrai pour moi. Pour cela il n’y a pas d’autre solution que de focaliser notre attention, non plus sur le « moi » qui souffre, mais sur cette conscience étrangère au « moi » de l’ego. Devenir humain, c’est devenir conscient du manque en établissant un dialogue entre soi et l’Autre soi-même.

Qu’est-ce que le véritable éveil ?

C’est de la connaissance de la domination des centres psychiques et de notre mécanicité, ainsi que de la prise de conscience qu’en fait, nous ne sommes jamais présents à la vie qui constitue la création d’une Nouvelle Conscience libre et indépendante.

Extrait du livre : Aimer ou faire l’Amour
5 (100%) 1 vote[s]