RÈGLES DU CONVENT DES SORCIERS

 

Nous avons défini une charte de conduite à respecter par tous les élèves qui suivent nos cours. Cette charte est composée d’un certain nombre de règles de conduite et de comportement vis-à-vis de soi et des élèves de l’école des SORCIERS.

 

Ces règles constituent les bases d’une stratégie en matière d’économie d’énergie. Économiser, accroître son énergie et la canaliser vers ses objectifs est la première tâche et premier principe de la règle du convent des sorciers.

Celui qui ne dispose pas d’un potentiel énergétique suffisant ne pourra pas atteindre le moindre de ses objectifs. Les conflits, les critiques, les jugements et toutes les pensées négatives envers autrui ou soi-même entraîne une perte considérable d’énergie.

 

L’étudiant fera l’inventaire de ses forces et faiblesses, recensera ses comportements et attitudes, puis décidera de ce qu’il peut modifier pour pouvoir s’accorder un répit en matière de dépense d’énergie.  

 

La règle du convent des sorciers est en fait un ensemble de stratégies pour établir un ART DE VIVRE EN SORCIER.

 

 

 

Règles du convent et principes de vie des sorciers

 

 

 

 1. DÉVELOPPER LES VERTUS

 

Chaque étudiant est tenu d’effectuer un travail en profondeur sur soi pour se connaître, découvrir ses vertus et forces de caractères spécifiques. Il est conseillé de tenir un cahier d’évolution personnel et d’y consigner ses avancées et difficultés.

 

 

2. AVOIR UN GUIDE D »ÉVOLUTION

 

Chaque étudiant rendra compte de son travail à l’instructeur de son choix au minimum une fois par semaine dans le but de corriger ses erreurs d’application des techniques apprises.

 

3. ÉTABLIR UN ÉCHANGE RESPECTUEUX AVEC LES AUTRES ÉTUDIANTS

 

Transmettre son travail personnel au groupe d’étudiant dont il est rattaché au travers du groupe de partage prévu à cet effet. En version réciproque, chaque étudiant répondra a ceux qui lui auront adressé un travail personnel

 

4. ÊTRE AUTODIDACTE

 

L’étude en sorcellerie est essentiellement un travail personnel d’apprentissage et de recherche. Chaque étudiant est tenu d’acquérir, par amour de l’apprentissage, de nouvelles connaissances et de développer ses facultés personnelles.

 

5. ÊTRE IMPECCABLE AVEC L’ÉNERGIE

 

Chaque étudiant doit cultiver la sobriété et développer sa volonté dans le but d’impeccabilité dans l’ensemble de ses actions.

 

6. DÉVELOPPER UNE FORCE INTÉRIEURE

 

Rêver affaiblit et rends despotique et fantasque. Pour compenser ces effets négatifs du rêver, chaque étudiant sera tenu d’élaborer un système de comportement riche et complexe. Ce système est appelé : « Art de vivre du sorcier ». ce système permet aux étudiant de se fortifier et d’acquérir une force intérieure. C’est cette force intérieure qui permettra de changer son regard sur le monde et lui-même. C’est grâce à cette même force intérieure qu’il pourra créer ses propres histoires de pouvoir et réécrire son histoire personnelle.

 

 

7. LUTTE CONTRE SOI MÊME, NON CONTRE AUTRUI

 

Chaque étudiant doit traquer ses faiblesses de caractères et corriger ses erreurs de techniques et de conceptualisation. Il devra ensuite apprendre à développer le pouvoir de « l’intention ». Avant d’entreprendre la moindre activité personnelle. Ce travail sur soi permettra de « voir » la réalité sous un angle différent.

 

 

8. LUTTE CONTRE LA SUFFISANCE

 

La suffisance est la force engendrée par l’image que l’homme a de lui-même. C’est cette force qui maintient le point d’assemblage fixé. Le but de la voie du sorcier est de détrôner la suffisance. Les étudiants en sorcellerie doivent se préparer à accéder à une nouvelle conscience, ce qui sera possible lorsque la suffisance sera totalement éradiquée en eux. C’est seulement lorsque je ne suis plus rien que je suis Tout. C’est seulement lorsque le « Moi » n’est plus rien que peut émerger le « Je ».

 

 

9. FAIRE FACE AUX ÉMOTIONS

 

La peur ! La peur est l’une des grandes forces de la vie des sorciers, elle les pousse à apprendre.

 

La gentillesse … un sorcier n’est pas gentil dans ses comportements, mais magique et se garde de toutes formes de grossièreté.

 

Prévisible => Un sorcier n’est pas prévisible et n’est jamais là où on l’attends (physiquement et mentalement), de même il ne sera pas disponible pour les imbéciles ; ceux-là même qui n’ont pas « pré-vu » les accidents.

 

La « compassion » La compassion résulte d’un sentiment d’apitoiement sur soi-même. Sans cette force d’apitoiement sur soi, la compassion n’a aucun sens car la compassion est un sentiment du « Moi ». Le sorcier pense et agit depuis le « Je », force abstraite.

 

La chose la plus dure pour un sorcier c’est de laisser les autres tranquilles.

 

La tristesse : Un sorcier reconnait sa douleur, mais ne s’y abandonne pas. Il a confiance en son esprit impeccable et surtout il est pleinement confiant en son efficacité. Il sait ce qu’il a fait et peu faire.

 

La joie lui vient du fait d’avoir accepté son destin et d’avoir évalué en toute honnêteté ce qui se trouve devant lui. La vie d’un sorcier ne peut pas être froide, solitaire et dénuée de sentiments parce qu’elle est fondée sur L’AFFECTION, la DÉVOTION, le DÉVOUEMENT pour ceux qu’il aime.

L’amour, le bonheur.

 Un sorcier est toujours heureux parce que son amour est inébranlable et que sa bien aimée la terre – la femme qui accueille qui il est, comme il est et ce qu’il est, – l’embrasse et lui octroie des cadeaux inestimables.

 

 

10. AGIR STRATÉGIQUEMENT

 

Un sorcier ne brusque jamais personne, il opère toujours suivant une stratégie. Un sorcier ne se laisse aller à rien, pas même à sa mort. Un sorcier n’est jamais un partenaire bénévole, il n’est jamais disponible et s’il s’engage dans certaines choses, il reste parfaitement conscient de ce qu’il fait.

 

L’homme ordinaire n’agit que s’il y trouve une occasion de profit. Le sorcier n’agit pas pour le profit, mais pour l’Esprit.

 

 

11. SUR LE SENS DES CHOSES

 

Un guerrier n’a que faire du sens des choses car il agit stratégiquement et de ce fait c’est lui qui donne un sens aux choses et aux événements. C’est lui qui crée le destin.

 

 

12. UN « CHEMIN QUI-A-DU-COEUR » 

 

Un chemin qui a du cœur est un chemin avec lequel le sorcier fait UN. Il n’y a aucun remord, aucune frustration et aucune culpabilité.  Ce chemin est composé de boucliers qu’il aura sélectionné. Un bouclier n’enferme pas dans les regrets et les souffrances, il écarte tout ce qui l’empêche de poursuivre sa mission.

 

 

13. VIGUEUR ET PONDÉRATION

 

L’étudiant, au début de la voie n’est pas modéré et peut difficilement refréner ses revendications émotionnelles ou intellectuelles ou même physiques car il est mené par ses passions désordonnées. C’est pourquoi, l’étudiant a besoin d’un code de conduite et d’une référence extérieure qu’est celle de son maître. Sans la vigueur et son opposé la pondération, il n’est pas possible de supporter la connaissance .

 

 

 

AUTRES PRINCIPES DE L’ART DE VIVRE D’UN SORCIER

 

Un sorcier doit tout remarquer, et c’est en cela que consiste son avantage.

 

Un sorcier mange en silence , lentement, et très peu à la fois.

 

Ce dont un étudiant à besoin pour parcourir la voie des sorciers, pouvoir effectuer et poursuivre un travail sur soi, c’est d’un dessein. Nous ne choisissons qu’une fois, soit d’être un homme ordinaire soit d’être un sorcier. Il n’existe pas de seconde possibilité de choisir.

 

Un sorcier sait qu’il ne peut pas changer, et cependant il s’attache à essayer de changer, tout en sachant qu’il n’en sera pas capable. C’est le seul avantage qu’il possède sur les hommes ordinaires. Le sorcier n’est jamais déçu de ne pas réussir à changer. En réalité, pour parler de mon propre sentiment, je n’ai jamais envisagé de changer quoi que ce soit en moi-même, simplement parce que j’avais la conviction de ne pas disposer de force nécessaire. Et en finalité, cela revient à l’Esprit de m’avoir embarqué dans cette voie.

 

Stratégie de l’art de vivre du sorcier.

 

La stratégie la plus efficace comporte six éléments interactifs, cinq sont définis comme les attributs du statut du guerrier :

 

            1- Le Contrôle.                                     2- La Discipline

 

          3- L’Endurance.                             4- Le Sens Du Minutage.

 

                                         5- Le Vouloir.

 

                 La sixième concerne la pratique des vertus.

 

 

 

« SANS LA PRATIQUE DES VERTUS, PAS D’ÉVOLUTION POSSIBLE »

%d blogueurs aiment cette page :