par | Mai 12, 2021 | Dézintox | 0 commentaires

Les deux Eros ne sont pas des héros

Les deux éros ne sont pas tous deux des héros

Éros est le dieu primordial de l’Amour et de la puissance créatrice. C’est la force d’attraction qui pousse les moitiés séparées à s’unir pour retrouver la puissance créatrice des dieux. Ce premier éros est présent depuis la nuit des temps et représente l’union non sexuée ; l’Amour du chevalier pour sa quête.

Le second, l’Éros sexué naît quant à lui de la frustration et de la castration des dieux extérieurs, ceux qui ont pris possession pendant son sommeil de son âme. Si vous dormez, dormez conscient, car l’ennemi est aux aguets des moindres de vos faiblesses.  Rêver n’est pas faire du rêver.

Faire du rêver a ses propres désirs que les désirs ne désirent pas

Les désirs de rêver et les désirs du désir sont en perpétuelle contradiction.  C’est là, la naissance d’un terrain de conflits que ce soit ceux du corps physique dont résulte maladies et dérivances fonctionnelles, aussi bien du corps émotionnel qu’intellectuel.

Les désirs du corps émotionnel sont orchestrés par l’énergie féminine, énergie double ; fée ou sorcière. Les désirs du corps intellectuel sont organisés autour de deux centres : la raison pure et la raison intelligente. Ces deux centres sont nourris par l’énergie mâle. Nous vivons ainsi ballottés entre quatre sphères ou quatre atmosphères complémentaires et opposées, mais quatre atmosphères qui jamais ne peuvent se « conjoindre » pour former une unité créatrice. Il y a toujours un désaccord , toujours un conflit, un combat pour la suprématie en vue d’acquérir l’hégémonie et la dominance absolue. Tout cela établit et concerne le domaine de la PSYCHOPOLITIQUE mondiale dont l’objectif est d’empêcher l’ascension de l’âme à un état de communication métaspirituelle.

Tout ceci se déroule dans l’état « atmosphérique » – les plus hautes sphères de vibration humaine – et non dans la réalité densifiée de la matière. Je veux dire que tout cela est supramental. Il n’y a rien de réel. Ce sont des combats entre programmes structurellement et volontairement implantés comme incompatibilités fondamentales. Ne téléchargez pas n’importe quoi, même si vous recevez une invitation à établir une meilleure compatibilité. Tout est mis en place par les prédateurs pour « foutre le bordel », pour changer de corps psychique.  Tout est mis en œuvre pour empêcher l’ascension de votre âme ; l’évasion de la matrice. C’est ça ou le génocide global de l’humanité 5.0.

 

L’ascension de l’âme

L’âme féminine doit s’élever au-dessus de la terre inculte pour que l’Âme puisse descendre.

Cette élévation/descente ; passage de l’âme animale à l’âme divine – se fait suivant trois degrés successifs ; la purification, l’illumination et l’union au divin. La réunion de l’âme à son origine divine, la voie de la rédemption. C’est retourner au divin par l’expérience de l’extase. Extase qui est l’effet du premier éros ; la pulsion créatrice qui suit le grand chagrin d’amour.

La création est un état d’érection érotique, rien à voir avec le désir de sexe qui lui est castration. C’est la raison pour laquelle la séquence : tension/détente/stop/switch/canalisation est essentielle et fondamentale pour activer le pouvoir de création.

Quelle relation entre éros et sexualité ?

Beaucoup d’hommes se trompent dans leur relation, car ils confondent Éros et sexualité. L’homme s’imagine posséder une femme lorsqu’il la possède sexuellement. Et c’est en ce moment qu’il la possède le moins, car pour la femme, la relation érotique est la plus importante. L’art érotique consiste à élever, nourrir l’âme de l’épouse du feu sacré du dieu intérieur ; le feu subliminal des poètes.

Le désir profond des femmes n’est pas d’avoir des aventures amoureuses, mais de se faire épouser, seul un idiot peut penser que le sexe est primordial pour la femme … la femme fée.

 

La passion du héros

Seul l’amoureux passionné peut entrer dans une quête, trouver le passage, transmuter sa passion amoureuse en passion d’aimer l’Amour. Aimer l’Amour c’est vivre sa passion, vivre de sa passion, car c’est d’elle, de cette souffrance que le héros tirera sa force de créer au-delà de la mort de son grand amour.

Je t’ai désiré plus qu’aimé. Tu es partie. Tu m’as abandonné aux mains de Thanatos, la mort lente, celle d’éros le castrateur d’âme. Alors elle est venue, ma passion comme une femme désirable que le rêve m’a révélée en songe. Et je suis parti, réanimé par cette passion d’aimer, en quête de ma vérité. Je ne savais pas, en cet instant qu’elle était Femme, qu’elle était la fée inspiratrice dans mes rêves. Ils sont alors devenus du RÊVER, trame d’une seconde vie, celle du héros que j’étais. J’ai trouvé « vérité », je l’ai appelé « mon âme ».

J’ai découvert que l’âme du héros est une relation intime entre virilité et féminité , entre force et faiblesse, entre ombre et lumière. Maintenant, j’aime mes faiblesses, mon ombre et ma lumière aussi, car je sais que je suis l’un et l’autre, l’un par l’autre. Le fort est faiblesse aimée. Le faible est la force de l’âme. Il faut pouvoir faire l’idiot, être con et faible, mais pas trop.

Lorsque cette alternance n’est plus respectée, la femme réagit par un manque de participation intime et par des sentiments d’infériorité. L’âme de la femme étant ainsi blessée par la radiance dominatrice de l’homme se changera en sorcière. Elle donnera l’illusion de l’innocence blessée. Alors le Prince se transformera lui aussi en loup dominateur, et il rencontrera la mort d’éros et celle de son héros. Fin de session MVG ; il faut alors revenir au commencement.

Retour au commencement

Il est essentiel de comprendre qu’une réalisation personnelle dépendra de la nature et valeur spirituelle de la relation physique entre deux partenaires de sexe opposé. Il y a un réel risque de perdre son intégralité psychique lorsque l’on joue avec le feu sacré intérieur. Cela est également vrai pour une personne sans partenaire sexuel. Pour éviter cela, il n’y a qu’une seule voie, celle du héros érotisé, dont le désir est surchauffé, passionné, paroxystique. Alors,  il abandonnera la pulsion qui l’aurait amené à entrer dans le rôle avantageux du macho. Celui qui supporte d’un air supérieur et indulgent les insuffisances et les nullités de la femme. Il renoncera à ce rôle car le feu du dedans aura consumé sa verve dominatrice et aura compris que ces faiblesses apparentes de la femme font partie du mystère et de la nature profonde du féminin. Et c’est en cela qu’est la plus grande séduction de la femme, sa séduction sacrée, celle qui n’écrase pas, mais éveille l’homme en lui offrant les fruits de l’extase sexuelle.

Le vide, le manque, la détresse de la femme – ce qui est la nature du Yin – attire et séduit le yang ; le plein. L’homme doit prendre conscience, s’il veut réaliser l’union intérieure, que c’est la reconnaissance, et l’intégration de ce vide en lui, son côté féminin yin qui permettra de réaliser l’union mystique avec la femme et par elle, au divin.

C’est à la femme de ne pas être effrayée par le vide féminin de l’homme, mais de basculer dans son côté yang masculin pour lui permettre de réaliser l’union mystique en elle. Union avec l’homme et avec l’âme du monde. Ce n’est pas en voulant combler son vide yin que la femme pourra se réaliser et trouver la paix, mais en entrant dans son yang – densité masculine. En répondant ainsi au yin masculin elle pourra réaliser cette double circulation énergétique qui est le propre d’éros. C’est en cela que réside la relation intime d’âme à âme, c’est cela la quête de l’homme et de la femme. Cette quête n’a pas pour but la relation sexuelle, mais l’union d’une intention ; l’union coopérative dans la réalisation d’un grand rêve commun.

.

fr_FRFrançais
%d blogueurs aiment cette page :